Tags

Related Posts

Share This

lieux communs

 

 

Il s’agissait pour Maryvonne Arnaud d’aller à la rencontre d’un public nouveau, toujours aussi commun que celui de la rue, mais au fil d’un processus discret où le temps serait donné pour découvrir chaque détail, chaque incertitude ou hésitation du propos.

 

 Installée dans un appartement d’un grand ensemble HLM, c’est une exposition en forme d’interrogation. C’est un appartement sans habitants, occupé par les objets de la vie quotidienne, figés, recouverts de housses en tissu, certaines immaculées, d’autres imprimées de photographies. Ces images envahissent aussi le sol et les murs, deviennent papiers peints et tapis.

 

Des images encombrantes dans un appartement encombré d’objets encombrants – comme le mobilier d’un déménagement qui ne trouve pas sa place dans un nouvel appartement car la présence des anciens habitants est encore trop prégnante, ou comme des objets au statut incertain, d’ici et de là-bas, présents et absents, matériels et symboliques, utiles et affectifs, que l’on aurait pris soin de protéger et de voiler.

 

Le visiteur de l’exposition peut s’installer dans l’appartement, toucher les meubles, ouvrir le réfrigérateur ou les placards : il entend alors d’autres sons que ceux du voisinage immédiat : les bruits des rues d’Alger, la rumeur des marchés, les conversations des appartements de Belcourt ou de Bab El-Oued, où se mêlent, inextricables, la langue arabe et la langue française.